Talisay (Lac Taal)

l
28/12/2007 - Pays : Philippines - Imprimer ce message Syndication :

Grasse mat. Ou presque : 4h, les coqs, 5h les chiens, 6h les mômes...
J'ai rendez-vous à 8h pour le bangas qui doit m'amener sur l'ile du lac Taal. J'ai donc le temps de déjeuner. Je pioche dans mes réserves de sachets de café en poudre, de sucre de canne brun, de confiture de noix de coco, de jus de fruit (ici c'est le royaume de Del Monte, le producteur d'ananas), de petits pains, et de tranches de pomelos... Je fais chauffer de l'eau avec une résistance.
Le tenancier de l'hôtel a réussi à trouver deux touristes (un australien et sa femme (?) thaïlandaise) pour compléter le bateau. Ici on paye pour le bateau (max 6). Mais il faut trouver les autres si on veut payer le moins cher chacun... or c'est la basse saison. Donc on part à 3.
Luzon est une ile, avec, au sud, un lac d'origine volcanique, le lac Taal. Dans ce lac, il y a une grande ile. Dans cette ile, il y a un lac. Et dans ce lac, il y a une ile ! OK ?

On débarque sur l'ile dans un village dont la principale occupation semble être l'élevage de poneys. Ces poneys sont à la disposition des touristes fatigués avant d'arriver : il y a une heure de montée pour parvenir à pied à la crête de l'ile ; alors...

Nous montons à pied sous le soleil qui est enfin revenu.

Arrivés à la crête, on découvre en contre bas l'étonnant spectacle de ce lac emboité et de son ile. Sur le rivage, des fumerolles. Je me promène le long de la crête. Difficile de descendre : les bords intérieurs du cratère sont à pic..., il faudrait presque faire le tour du cratère pour trouver un chemin. Dans les broussailles, je déchire ma belle chemise... Je bois le jus d'une noix de coco fraîche dans une cabane buvette. On redescend tranquillement ; on croise une troupe de touristes coréens, rouges et suant, sur le dos des poneys. Retour en bateau au point de départ.

Comme j'ai enfin repéré les bons jeepneys (en fait la difficulté vient du fait que les deux villes, pourtant proches, sont dans deux provinces, et il faut changer de jeepney à la "frontière"...), je profite de l'après midi pour aller à Tagaytay faire des courses. Je trouve une chemisette (je ne me rappelle plus de la marque, mais c'est une marque...) à 120 P.

De retour Talisay,  c'est l'ambiance de fête dans les rues : tout le monde est dehors ! des jeunes jouent au basket, on promène les bébés, les vieux fument sur le pas de leur porte, des mômes courent en jetant des pétards,  d'autres jouent au loto sous une grande tente montée au milieu de la rue. Il y a même une mini fanfare de jeunes travestis et fortement maquillés qui passe de maison en maison réclamer des sous... La fumée monte des barbecues de coins de rues.
Ce soir, encore des brochettes !





Imprimer ce message

Syndication :

Jean Paul C


Dans ce carnet

Connection

Newsletter / Suivi

Powered by
Kikooboo.com
(Carnet de voyage / blog gratuit et Assistant de voyage)