SONDZELA

l
01/12/2018 - Pays : Swaziland - Imprimer ce message Syndication :

Départ vers 8h avec un ciel bleu et un soleil déjà éprouvant.

Mbabane, la capitale du Swaziland (dire maintenant : Eswatini) est une petite ville  (moins importante que Manzini), et se résume aux centres commerciaux du centre. On est à peine entré en ville qu’avec deux feux rouges, on en est déjà sortis.

On prend la route de la Pine Valley, au nord de la ville, 10 km, et on arrive à l’endroit où démarre le sentier qui va à Sibebe rock. Un terrain vague jonché de déchets, sert de parking, et, comme il faut payer un droit d’entrée (pourquoi ??), on va à la cabane qui sert de réception. Une jeune fille, déjà bougonne et lasse de la vie, nous donne un reçu écrit sur un bout de papier (dûment tamponné) en échange de 30 Rx2. Un pseudo guide propose ses services ; il a les yeux dans le vague et bafouille. Sort-il d’une fête ?

On part sur le sentier avec la chaleur. Il grimpe assez rapidement parmi d’énormes boules de granite pour atteindre au bout d’une heure un vaste replat herbeux. Ici on respire car il y a un peu de vent. Ce site est réputé pour être le plus grand monolithe granitique au monde. On voit autour de nous des demi-sphères de granite plus ou moins recouvertes de grosses boules, de granite aussi ! Et ce granite date de plus de 3 milliards d’années (Le Sidobre en France, par comparaison, date de 280 millions d’années) ! On marche donc sur les roches parmi les plus anciennes du globe …

On parvient à un genre de col : de l’autre côté ça tombe progressivement dans le vide. On se pose des questions (ici, il n’y a aucune indication, ni marques, ni plans… Où est le Sibebe rock ? On suppose qu’il se situe au sud, vu que les plus grosses bulles de granite sont par là. Il n’y a aucun sentier qui part du col vers ces sommets, qui ne sont pas bien hauts, mais dont la base est encombrée de grosses boules et d’une épaisse végétation dans les interstices. On suit un vague sentier qui semble contourner ces obstacles, mais il disparaît assez rapidement. On entreprend un peu de « hors-piste », mais on se retrouve vite devant une impasse : impossible de trouver une voie d’accès à ces sommets acceptables pour nous modestes mollets de randonneurs. On laisse ça aux alpinistes. On redescend au col par une voie non officielle,  suscitant des commentaires muets mais éloquents dans la troupe…

On piquenique non loin d’un gros rocher sur lequel quelqu’un a peint trois grosses flèches recourbées. Après s’être rechargés en eau et en glucides, on s’en retourne, non sans manquer de grimper la petite éminence sur laquelle on aperçoit de loin un cairn. (On apprendra plus tard en regardant des cartes sur internet que c’est ce cairn qui marque le sommet du Sibebe rock !).

On passe comme à l’aller au ras du vaste lodge qui se construit à l’entrée du site. Des enfants s’amusent avec des quads, des parents sirotent des boissons sur la terrasse…Pour accéder à ce lodge (tout récent), une route a été aménagée à travers la montagne, ce qui diminue l’intérêt de la course sur le sentier…

Et ce qui explique le délabrement de la réception au début du sentier.

Pour visualiser cette rando, allez sur le lien :

https://fr.wikiloc.com/itineraires-randonnee/eswatini-sibebe-rock-30979601

Retour à Sondzela, vers 16h. En passant devant l’hippo pool, on a la chance de voir deux crocodiles.

On s’est inscrits au diner qui se prend à 18h. Il se tient autour d’un feu de bois et on est huit à partager le contenu de plusieurs marmites cuites dans le feu de bois : poulet en sauce, riz, courges, salade de pomme de terre. Les trois femmes qui font le service semblent pressées d’en finir. À 6h30 les assiettes vides sont ramassées ! On grignote un dessert dans notre hutte !


Imprimer ce message

Syndication :

Jean Paul C


Dans ce carnet

Connection

Newsletter / Suivi

Powered by
Kikooboo.com
(Carnet de voyage / blog gratuit et Assistant de voyage)