Sagada - Baguio

l
16/12/2007 - Pays : Philippines - Imprimer ce message Syndication :

Ce matin, Soleil ! Après avoir dégusté le café local, bus pour Baguio. Là, je la fais courte, car il a mis 7 heures pour faire 130 km !!
Il s'agit d'une route de montagne qui évolue entre 1000 et 2000m d'altitude, plusieurs cols, des travaux, des ravins, des camions, etc. et surtout des bleds partout. En fait, ces hauteurs sont très peuplées car les terres sont fertiles, et les pentes sont toutes cultivées. Un peu pareil que la route qui, à la Guadeloupe, va de Ste Anne à Pointe à Pitre par les Hauts. Un autre problème, le bus s'arrête au moindre signe des piétons, ce qui fait que parfois on s'arrête tous les
20 mètres pour monter/descendre quelqu'un. Et un arrêt pipi (ici, on dit 'ihi') et un arrêt 20 mn bouffe à 12h pile !
L'arrivée à Baguio (14h30) est apocalyptique : embouteillages, pollution, bruit, cohue. La ville monte et descend dans tous les sens. C'est un autre tournis après celui de la route. Je trouve un hôtel assez facilement mais il est un peu borgne. Je demande à ce qu'on change les draps. Ce soir, je vais passer un coup de bombe insecticide...
Promenade dans la ville pour prévoir le trajet de demain. Je cherche un bus pour Vigan (sur la cote NO de Luzon). Dans Baguio, il n'y a pas précisément de gare routière. Les bus et les jeepneys partent d'un peu partout. Le centre ville contient au moins une vingtaine de point de départ. Mais comme c'est aussi les points d'arrivées, voila pourquoi les embouteillages ! Mais aussi parce que c'est le quartier d’un vaste marché qui fait bien un kilomètre carré !
Une fois en possession de mes renseignements, promenade au marché. Au détour d'un escalier et d'une ruelle louche, je tombe sur les bars à karaoké et le reste... C'est plutôt sale et mal famé. Les gens sont un peu éméchés et m'invitent avec des grands gestes. Refus poli et souriant, mais ok pour une photo !
Au centre ville, il y a un très grand parc où la pelouse a du mal à supporter la foule qui s'y presse : c'est dimanche et les familles se retrouvent pour faire du pédalo dans le basin carré, de la balançoire, du vélo (à louer), jouer au cartes, pique niquer, apprendre aux bébés à marcher, se faire faire des dessins tatoo, ou se faire photographier (30 pesos) devant (ou dessus) un énorme chien St Bernard qui reste impassible malgré le bruit, l'agitation, la chaleur et les enfants qui lui tirent les oreilles.
Quelques achats pour mon petit dej.




Etapes :
La Trinidad

Imprimer ce message

Syndication :

Jean Paul C


Dans ce carnet

Connection

Newsletter / Suivi

Powered by
Kikooboo.com
(Carnet de voyage / blog gratuit et Assistant de voyage)