PRAGUE J4&5

l
06/09/2018 - Pays : République tchèque - Imprimer ce message Syndication :

On fait comme la veille : petites emplettes à l’échoppe du coin en vue du pique-nique. On prend un maximum d’eau : la journée est ensoleillée et promet d’être chaude.

Tram 6 puis tram 23 pour se rendre au plus proche du château.

Le château est placé sur une colline sur la rive gauche de la Vltava. Depuis le pont Charles, ce château, un alignement d’immeubles austères dominant la ville, donne  un aspect inquiétant : on l’imagine occupé par des milliers de fonctionnaires soumis, affairés à des tâches obscures, servant un empire englué dans l’immobilisme de la monarchie absolue. Kafka a bien relaté ce poids qui pesait sur les Pragois, à l’époque des Habsbourg, mais peut-être l’est-il toujours un peu car c’est encore un lieu de pouvoir.

Mais lorsqu’on approche du château depuis l’arrêt du tram situé au nord, l’impression est différente : de hauts remparts, de massives tours de guet, un fossé escarpé nous ramène à l’époque féodale.

C’est par l’entrée nord que s’effectue l’entrée des touristes et on doit faire la queue pour le contrôle des sacs, puis pour prendre les tickets. C’est un peu compliqué de choisir entre les différentes formules proposées : dans l’enceinte du château, on peut circuler librement sans ticket dans les espaces extérieurs (places, esplanades). Pour visiter l’intérieur des monuments, il est proposé plusieurs pass selon la quantité des monuments souhaités. On se contente du pass minimum. Et on a vu après avoir fait la queue pour prendre les pass, qu’il y avait d’autres guichets et distributeurs dans les différentes places du château…

Il y a beaucoup de touristes, la plupart en groupe. C’est la cohue pour entrer dans la cathédrale, où des entrées se font par contingents pour limiter l’affluence. Dans notre guide la cathédrale est nommée Saint Guy, mais ici on l’appelle Saint Vita, ce qui explique la confusion lorsqu’on la cherchait sur les plans de la ville… L’intérieur de la cathédrale est majestueux, mais les allées sont encombrées de milliers de décors aux allures kitchs, chargés d’or et d’argent, d’angelots et de martyrs. Il a fallu à l’Église en remontrer aux Pragois tentés par la Réforme !

Puis on visite la Ruelle d’Or, un espace préservé de maisonnettes accolées aux remparts et qui abritaient divers commerces et ateliers. Actuellement, des reconstitutions permettent d’entrevoir ce que pouvait être la vie quotidienne de cette rue aux siècles passés. Très intéressant malgré la bousculade. Pas loin de là, on accède à une tour qui a servi de prison, avec ses oubliettes et ses salles de torture…

On s’installe pour le pique-nique dans les jardins suspendus du château, avec vue sur la ville. Quand on reprend la route, des gardes surveillent qu’on ne laisse pas de détritus derrière nous… Café sur une terrasse donnant sur la grande place devant ce qui fut la majestueuse grille d’entrée du château à l’époque des carrosses.

Tram pour la vieille ville : il faut aller voir cette institution qui est la plus vieille brasserie de la ville ! Il s’agit de la brasserie U Fleků. Sur la rue, un portail s’ouvre sur une vaste cour où des dizaines de tables sont alignées, toutes entourées de clients (touristes pour la plupart). Un musicien pousse des airs de guinguette sur son accordéon, les serveurs circulent entre les tables, le plateau remplis de bocks de bière levé au-dessus de la tête, d’autres proposant aux clients des petits verres d’alcool. L’ambiance est relevée, et il faut hausser la voix pour s’entendre. On ne rechigne pas à participer à l’ambiance, en commandant des bières et en goûtant à ces alcools.

En ressortant de ce piège (attention, ici il ne faut pas poser son bock vide sur la table, sinon, un serveur vient vite le remplacer par un plein…), on retourne sur les quais comme la veille car, décidément, cet endroit est très agréable.

Puis on se sépare entre ceux qui rentrent à l’hôtel et une petite équipe qui a pour mission de prospecter afin de trouver un restau pour ce soir.

Le restaurant Matylda (au coin des rues Rumunska et Tylovo nam, station de tram Bruselska) se révèle être un très bon choix où les plats sont gouteux et copieux.

 

07 09

On rentre contents de cette escapade, mais tout de même bien conscients de n’avoir vu que le dixième des sites d’intérêts qu’offre cette ville.

On ramène aussi quelques souvenirs : des kilos en plus !


Imprimer ce message

Syndication :

Jean Paul C


Dans ce carnet

Connection

Newsletter / Suivi

Powered by
Kikooboo.com
(Carnet de voyage / blog gratuit et Assistant de voyage)