MURUD - MUMBAI

l
25/11/2008 - Pays : Inde - Imprimer ce message Syndication :

Ce matin, grasse mat.

 

Retour sur Mumbai. Juste à côté de l’arrêt des autocars, il y a un mini-temple hindou. Les conducteurs des véhicules qui passent ne manquent pas de faire un petit signe de ferveur (qui ressemble à un signe de croix), envoyant même un baiser soufflé ! Des gars qui passent en vélo s’arrêtent, quittent les sandales, ouvrent les volets de ce petit placard, sonnent une cloche, effleurent le sol du plat des mains, petit signe de croix devant un caillou oblong, peint en orange vif sur lequel on a versé de l’huile ( ?), puis en font le tour, tout en envoyant des baisers soufflés par les minuscules ouvertures donnant sur la placette. Ils repartent en laissant une pièce d’une roupie.

 

Comme le car met du temps à venir, j’ai aussi le temps d’observer les travaux de réfections du trottoir d’en face : les hommes placent les pierres, les femmes font le ciment et l’apportent dans des cuvettes en plastic qu’elles posent sur leur tête. L’une d’elle a facile 65 ans ; elle n’en peut plus, est dégoulinante de sueur et se traine péniblement, sans que cela soucie le contremaitre qui n’a d’intérêt qu’à la rectitude de son trottoir …

 

Je casse la croute dans un resto pour employés de bureau, 95% d’hommes, chemise blanche, pantalon noir, dégustant les thali ou les dosa en se léchant les doigts. J’opte pour un pilau au nom mystérieux, qui se révèle être comme un hachis Parmentier sauf qu’il faut remplacer la purée par le riz et la viande hachée par les carottes râpées cuites, le tout arrosé d’une crème coco et accompagné d’un lassi aux herbes. Sans oublier le papad.

 

Je passe la fin de l’après midi à visiter le magasin de tissus Fabinda où il y a des choses de toute beauté à prix qui me semblent pas trop élevés (j’ai noté des prix pour voir plus tard…) et le musée du prince de Galles, rebaptisé par le nom du grand guerrier indien Sivaji.

 

Il y a la, une belle collection qui mérite d’être vue car ça donne un condensé de la culture des Indes et ce, depuis la civilisation de l’Indus (-4000 av JC) jusqu’à la collection privée du milliardaire Tata. Un coin étonnant : cet homme collectionnait les petits pots de tabac à priser chinois ; il y en a des centaines dont quelques uns en verre et peints à l’intérieur…

 

En sortant, quelques courses pour l’équipée en train et un petit luxe : café expresso  et pâtisserie aux noix dans le bar de chez Fabinda… Une petite douceur avant la dure nuit qui m’attend dans le train pour Hyderabad qui part à 21h50 er arrive, selon l’horaire officiel à 12h35.

 

 

 


Imprimer ce message

Syndication :

Jean Paul C


Dans ce carnet

Connection

Newsletter / Suivi

Powered by
Kikooboo.com
(Carnet de voyage / blog gratuit et Assistant de voyage)