KESTELL

l
07/11/2018 - Pays : Afrique du Sud - Imprimer ce message Syndication :

On se réveille à 5h, la lumière du jour est déjà là.

Dans la cuisine, un jeune se fait sa popote. Un randonneur matinal ? Non, c’est un gars qui a planté sa tente dans le jardin de l’auberge et qui va chaque matin à son travail…

À 6h30, on est prêt à partir pour l’excursion du jour : Sentinel Hike. Il s’agit d’atteindre les source de la Tugella river. C’est dans les montagnes du Drakensberg, aux confins du Lesotho, à 3000m d’altitude. Le ciel est plafonné par une couche jaunâtre de nuées élevées qui n’annoncent rien de bon. Et, plus on se dirige vers le sud et la chaîne de montagnes, moins on en voit les sommets, enveloppés dans les nuages bas. Ça n’annonce rien de bon…

Il y a du monde sur la route, des voitures, mais aussi des piétons, de plus en plus nombreux qu’on s’approche de Phuthaditjhaba (ou plus simplement : Qwaqwa).  Plus on entre dans l’agglomération, plus on s’aperçoit qu’elle très importante. Elle est constituée surtout de milliers de maisonnettes et qui sont réparties sur plusieurs collines. Il y a aussi plusieurs usines, et on comprend que tous ces piétons se dirigent vers elles. À 7h, on entend même les sirènes d’embauche.

On traverse cette ville interminable du nord au sud, ralenti par les nombreux dos d’âne,  et par des écoliers et des gens qui la traversent  sans trop regarder.

La large route goudronnée se transforme en une route étroite et pavée. On parvient rapidement à un péage (50R/p). Là, le gardien, un vieil homme affable, nous explique qu’il y a du brouillard et que ce n’est pas propice pour aller faire de la randonnée. Il questionne des gens dans un minibus qui vient de la montagne : eux pensent que ça va se lever. Alors on prend la route.

Lorsqu’on atteint le plafond de nuages (2200m d’altitude), c’est le blanc total. On atteint le Witsieshoek Lodge au ralenti. À la réception, on nous explique que notre voiture n’est pas adaptée pour effectuer les quelques kilomètres restants jusqu’au parking des randonneurs, qu’ils ont une navette moyennant money, mais qu’en tout état de cause, le weather ne s’y prête pas, il y a trop de mist ! Mais si on veut attendre pour voir si ça se lève, on peut prendre un café, etc.

On décide de rebrousser chemin. En descendant on s’aperçoit que le plafond des nuages est un peu remonté. Alors on pose la voiture et on va faire une petite promenade. On marche une petite heure dans la montagne. Peu  d’arbres, d’énormes rochers usés, une herbe à vache qui nous permet d’évoluer sans rencontrer d’obstacles.

Pour visualiser cette rando, allez sur le lien :

https://fr.wikiloc.com/itineraires-randonnee/petit-sentinel-30346239

Après cette promenade, on tente une nouvelle fois la montée, mais le brouillard est toujours là, alors on décide de remettre la rando Sentinel au lendemain. En espérant un retour du beau temps…

On se perd un peu dans Phuthaditjhaba pour prendre de l’essence. Cette ville n’a pas vraiment de centre, quelques routes goudronnées, surtout des pistes et de la poussière. On quitte cette ville par la route qui traverse le Golden Gate NP (où nous avons randonné la fois précédente). La route est toujours aussi belle. On atteint Clarens où on s’arrête pour piqueniquer. Le seul endroit propice se trouve dans le jardin de l’église : une table et des bancs de pierre.

Il se met à pluvioter : le ciel est bien sombre et le tonnerre s’entend au loin. Un petit tour de ce petit village branché, c’est suivre une succession de magasins de souvenirs, de « galeries » d’artistes, de marchands de meubles et autres restaurants, sans oublier, un peu à l’écart de la place centrale de nombreux luxury lodging. On achète une petite barquette de cerises à une des nombreuses femmes qui grelottent sur la place, bien qu’emmitouflées dans de grosses couvertures.

On quitte cette petite ville pour prendre la route de Bethléem. À une dizaine de kilomètres, on visite le site de Ash river outfall. Il s’agit de l’endroit où débouche un tunnel venant du Lesotho, et qui amène l’eau nécessaire pour irriguer des champs d’Afrique du Sud. Une véritable rivière sort de la montagne après avoir parcouru 80 km de tunnels sous les monts Maloti. Cette eau a été capturée par le Katse dam, un énorme barrage retenant un énorme lac au milieu du Lesotho.

Bethléem est une grande ville, mais il n’y parait pas tant les avenues sont larges, les habitations entourées de grands espaces verts plantés de nombreux arbres. Lorsqu’on reprend la route N5 vers Kestell, l’orage éclate. Et lorsqu’on arrive à l’approche de Kestell, le soleil est de retour, et on voit au loin le sommet des montagnes couverts de neige ! On a bien fait de ne pas insister !

Au Karma backpackers, c’est l’effervescence. La cuisine est occupée par ceux qui préparent les repas, le salon par la logeuse qui explique aux randonneurs ce qui les attend au Sentinel Hike.

La journée se termine avec des échanges d’impressions et de souvenirs au cours du repas.


Imprimer ce message

Syndication :
Par jackie
le 10/11/2018 à 17:35:17
Des jeunes retraités avec la grande forme !!!

Laisser un commentaire

Jean Paul C


Dans ce carnet

Connection

Newsletter / Suivi

Powered by
Kikooboo.com
(Carnet de voyage / blog gratuit et Assistant de voyage)