Jianshui - Kunming

l
17/01/2008 - Pays : Chine - Imprimer ce message Syndication :

 

Ce matin je suis allé visiter une curiosité en ville : il s'agit de puits très anciens, pourtant toujours utilisés par les habitants du quartier (bien qu'ils aient l'eau courante), car ils la trouvent bonne (il est vrai que l’eau au robinet de l’hôtel a un goût de médicaments).  Et ces puits sont usés d'une curieuse façon : la pierre est creusée et polie aux endroits où la corde frotte lorsqu’on tire les sceaux, et ce, depuis des siècles. Il y a un petit temple à côté de chacun de ces puits. Ces puits se trouvent dans des quartiers déshérités et mal pavées, et il y a fort à parier qu’ils seront rasés en même temps que les vielles bâtisses

Ensuite j'ai quitté Jianshui, destination Kunming puis la région frontalière d’avec la Birmanie (sur recommandation de l’Italien de Yuanyang). A l'hôtel on m'avait bien recommandé de prendre le bus 13 pour rallier la gare routière, mais comme je l'ai pris dans la mauvaise direction (une chance sur deux...), j'ai fait le tour des faubourgs de la ville pour un yuan. A la gare routière, comme j'ai une demi heure avant le départ du car et qu'il est midi, je prends un riz au bœuf (épicé) dans une gargote. Je vais pour m'assoir sur un de ces tabourets en plastic conçus pour les petites sections de maternelle, et crac, il se plie sous mon poids, et je tombe à la renverse, emporté par le poids de mon sac à dos ... Qu'est ce qu'on fait quand on voit Charlot glisser sur une peau de banane ? Hé bien, ici, c’est pareil : tout le monde s'est bien marré, moi inclus car il faut bien garder une contenance... Aussitôt la patronne, hilare, m'apporte deux tabourets emboités, et j'ai pu m'assoir et manger, mon sac à mes côtés. Je me suis fait tout de même un pincement dans le dos.

Trajet en car soporifique car sur une autoroute poussiéreuse. Arrivée à Kunming à 16h. Là, je prends un billet pour Liu Ku. Départ 18h. Il y a une embrouille pour acheter ce ticket car sur mon atlas (pourtant acheté en Chine), le nom de ce bled est différent... En attendant le départ, je vais tirer quelques sous, vais aux toilettes dans l'hôtel luxueux du quartier (car les toilettes de la gare routière sont probablement les vraies portes de l'enfer) et je trouve mon bus dans le capharnaüm décrit plus haut. Mais aujourd'hui, c'est pire, si on peut dire : les bus sont garés de telle façon que le nôtre ne peut bouger que si celui d'en face bouge. Mais pour celui d'en face, c'est le même problème, etc... Total on part à 19h. Le chauffeur du car et son aide, qui n'ont pas le sens de l'humour, n'arrêtent pas de grogner. Moi, je suis plutôt content car, alors que le bus est plein, je dispose en plus de ma couchette, de la place où on entrepose les couvertures en trop, donc de deux places ! Mais, en contre partie, je suis situé au fond du car, en bas (bonjour les cahots de la route), ne disposant que de 60cm au dessus de moi (impossible de s'assoir). Il y a des fumeurs à mes côtés, et c'est à croire qu'ils fument en dormant. Je peux me déplier et respirer un peu d’air frais à l’occasion d’un arrêt bouffe vers 21h.

 

 

 


Imprimer ce message

Syndication :

Jean Paul C


Dans ce carnet

Connection

Newsletter / Suivi

Powered by
Kikooboo.com
(Carnet de voyage / blog gratuit et Assistant de voyage)