El Nido

l
24/12/2007 - Pays : Philippines - Imprimer ce message Syndication :

Aujourd'hui, journée plage, masque et tuba, grillades de poissons, visite de caves incrustées dans les rochers (ce ne sont pas les caves comme à Gaillac...), bavardages avec le groupe d'espagnols et la française qui partageaient la bangas, toujours les paysages splendides d'iles en calcaires rongées par l'érosion, bordées de plages au sable blanc, etc...

Ce qui est plaisant, c'est qu’on semble être les seuls à explorer ces iles. Les rares touristes sont dispersés dans cette vaste baie, et on est loin de la bousculade de la Thaïlande ou de la baie d'Along.

Notre groupe est très sympa et ça rigole bien : un des espagnols (pardon, Catalan) m'a proposé de passer chez lui quelques jours à Barcelone où il a un appart !

De retour en ville, toutes les personnes se saluent dans la rue pour se souhaiter un merry christmas ; les enfants chantent par petits groupes sur le seuil des maisons et finissent leur rengaine par de joyeux cris et parfois des pétards. A 19h, tout le monde est dans LA rue et se bouscule joyeusement.

Ce soir, réveillon avec le groupe du bangas dans un des restos du coin.

Le repas du réveillon était très sympathique : il s'agit d'un buffet où il y a plusieurs viandes dont du cochon grillé, deux énormes poissons, des légumes et plusieurs desserts. On achète les boissons en plus.

Le resto était plein (30 pers?). Les Espagnols sont arrivés (en retard) avec deux Américaines trouvées dans leur hôtel - le repas a été très animé. La Française (65ans) était plutôt remontée.

Avec la Française qui avait avalé un rhum cul sec, je suis allé à l'église pour voir la messe de minuit. Il y avait au moins 1000 personnes, et il y faisait une chaleur... d'enfer ! L'ambiance était plutôt relax : un chien se baladait dans les travées, et des enfants lui tiraient la queue. Les jeunes qui officiaient à côté du curé, portant crucifix et bougies, se curaient les trous de nez en regardant au plafond ; la chorale, quand elle ne chantait pas, bavassait. Dehors, les mômes balançaient des pétards, et les ados draguaient dans les coins sombres.

Il y avait tout de même quelques moments de recueillement, et, entre deux prières, une congratulation générale, tout le monde se disant au même moment : bonjour, comment ca va, avec force accolades et embrassades ! A ce moment précis, on a levé le rideau qui cachait la crèche vivante (cloison et toit en paille et en bambous) : il y avait un Joseph habillé en pirate, une Marie accroupie, ruisselante de sueur tenant un nourrisson éveillé et emballé comme pour un hiver polaire : bonnet de laine sur la tête. Comme il ne braillait pas malgré la chaleur et le bruit, ce Jésus devait être shooté ! A noter l’aplomb de la Française qui s'est trouvé une place assise dans la travée des notables ; quant à moi, je suis resté à l'extérieur avec les mioches qui me gueulaient merry christmas dans les oreilles. Une fois le mystère révélé (et le suspens éventé…), comme il y avait plus de discours que de chants, on s'est esquivé. Car, demain matin, c’est le ferry pour Coron, l'ile juste au nord de Palawan (si les marins n'ont pas trop fait la fête).

 

 



Etapes :
El Nido

Imprimer ce message

Syndication :

Jean Paul C


Dans ce carnet

Connection

Newsletter / Suivi

Powered by
Kikooboo.com
(Carnet de voyage / blog gratuit et Assistant de voyage)