Cebu - Tagbilaran (Bohol)

l
02/01/2008 - Pays : Philippines - Imprimer ce message Syndication :

Je passe une bonne nuit, sans même sentir que je suis dans un bateau.

Mais le réveil est un peu rude : le gars de service vient réclamer ses draps à 3h30 pétante ! Le temps d'avaler un jus de fruit, de m'habiller et je suis dehors, dans une zone portuaire sentant le pétrole, entourée d’une muraille de containers, barbelés, lumières rares. Je remonte une grande avenue déserte au bout de laquelle je tombe sur un genre de cafétéria qui sert des nouilles... Je peux avoir un café sur la terrasse alors que le jour se lève. J'étudie le LP car l'étape Cebu était imprévue. Je décide de voir ce qu’il en est des bateaux pour Bohol, destination première. Un jeepney m'amène au quai N°1, à 4Km de là (le port de Cebu est très grand), et ça tombe bien, il y a un super ferry qui part pour Bohol à 9h30, et mieux ! l'aller-retour sur une semaine est en promo ! Je prends mon billet, et, l'aubaine, les bagages lourds sont enregistrés sur l'instant comme dans un aéroport ! J'ai 3h pour visiter Cebu, plus qu'il n'en faut pour visiter Downtown !

Downtown est le quartier de Cebu qui jouxte le port et qui est plutôt sale et délabré, mais où il y a les seules choses historiques à voir (2 anciennes églises - messe en continu, un fort espagnol envahi par la végétation et qui sert de pissotières, la croix que Magellan aurait planté sur le sol en arrivant sur l'ile - mais elle est tellement intacte, qu'on la croirait sortie de chez Ikea). Uptown, sur les collines, la ville aérée, résidentielle, dotée de super centres commerciaux, etc. ce sera pour un autre jour.

Traversée rapide jusqu’ à Bohol.
En arrivant sur Bohol, il se met à pleuvoir, et ça ne s'arrêtera pas jusqu'au soir.
Je trouve à Tagbilaran (la capitale animée de l’île) un hôtel sympa,cheap n' clean : la Casa Juana (450P A/C SdB - à la sortie du bateau, prendre un tricycle (8P) et demander le Metro Centre Hotel ; l'entrée du Casa Juana est la même que celle du resto JJ's Dim Sum, juste à gauche du Metro Centre Hotel). Je mets bien une heure à me décrasser. Je remplis le petit sac à dos avec mon linge sale et le dépose dans une Laundry prés de l'hôtel, en recommandant de laver aussi le sac, vu qu'il est plein de boue depuis la montagne.
Puis je prends divers transports (dont une moto) pour aller au Centre de conservation des tarsiers, à une dizaine de km de la ville. Il pleut de plus en plus dru. Je visite le centre sous la pluie battante. Heureusement, le guide me prête un parapluie, bien que je sois déjà trempé. Le tarsier est un primate gros comme le poing qui s'accroche aux branches le jour et passe la nuit à chasser des insectes. C'est le mammifère qui a le rapport durée de gestation / poids du nourrisson le plus élevé de tous les mammifères : 6 mois pour
31 grammes !! Non seulement il a les yeux plus gros que le ventre, mais aussi plus gros que le cerveau ! On dirait que maitre Yoda a été dessiné sur son modèle...Chaque individu se ménage un territoire ; une fois par an, la femelle quitte son territoire pour aller dans celui d'un mâle, puis retourne dans son territoire...Une femelle fait un bébé par an, et ça toute sa vie qui dure 15/20 ans (vu le nombre de mioches qui courent partout aux Philippines, c'est un peu pareil... Merci le pape). Le Centre de conservation se limite à un morceau d'un hectare de forêt entouré d'un vague grillage, et le guide montre les endroits où des tarsiers sont accrochés : il y en a une demi douzaine sur une centaine de mètres. Le guide sait où les trouver, car le matin, il fait son tour et les repère, et comme ils dorment le jour... Il y a aussi un beau bâtiment moderne, mais l'info se limite à trois affiches, un squelette de tarsier et une planche où sont cloués tous les insectes que peut manger un tarsier. Parmi eux il y a un scorpion !

J'ai une nouvelle aubaine ! je visite le centre avec 2 étudiantes Philippinos qui sont venues en taxi : elles me proposent de rentrer avec elles. Le taxi nous dépose dans un super centre commercial où je fais quelques courses. Parmi les magasins, coincée entre un marchand de chaussures et une salle de jeux vidéo, il y a une chaine commerciale de Loto : les gens (une centaine) assis par tablée, enregistrent sur leurs cartons les numéros qui s'affichent comme dans un aéroport...

Petit tour au marché où j'achète de curieuses algues ressemblant à de minuscules grappes de raisin pas mur.
Ce soir, bouffe dans le resto qui est au rdc de l'hôtel et où je déguste mes algues en apéro.



Etapes :
Tagbilaran

Imprimer ce message

Syndication :

Jean Paul C


Dans ce carnet

Connection

Newsletter / Suivi

Powered by
Kikooboo.com
(Carnet de voyage / blog gratuit et Assistant de voyage)